Actions menées en 2011

Des photos vont rapidement arriver sur cette page !

Le projet Wecco

Voir le dossier : ICI

Ce projet a vu le jour en 2008, suite à notre précédent séjour réalisé durant l’été 2007. Nous avons fait le point avec nos différents partenaires afin de convenir ensemble de la suite à apporter à nos collaborations et c’est ainsi qu’est né le projet Wecco (Wecco signifie «échange » en wolof, dialecte sénégalais).

Durant ce voyage, nous avons collaboré avec des partenaires situés dans trois communes du Sénégal : Pikine, M’Bodienne et Louga.

Identiquement aux précédents voyages, nous avons diversifié les aides dans plusieurs domaines et participé au maximum à toutes ses actions. Nous avons été présents dans le domaine scolaire, avec la rénovation de la classe d’une école associative et la distribution de cartables pour la rentrée scolaire mais aussi dans le domaine médical avec l’achat de matériel pour un poste de santé. Autres implications : dans le domaine sportif avec l’achat d’équipements et le don de maillots de football, dans le domaine culturel avec une exposition de photos et des animations avec les enfants, dans le domaine de la santé avec l’adduction d’eau d’un collège et l’aide apportée au dispensaire de Pikine, et dans le domaine « matériel »
avec l’électrification du collège de M’Bodienne.

Ce qui suit retranscrit donc le bilan détaillé de toutes les actions menées pour réaliser ces projets durant notre voyage en direction du Sénégal effectué du 26 juin au 17 juillet 2011, étape « finale » et concrétisation de 4 ans d’investissements de la part de nos partenaires et de notre association.

Suivi des actions du projet M’Bolo 2007

Une évaluation de l’aide apportée en 2007 nous a semblé indispensable pour l’élaboration de nouveaux projets. En effet, cette étude nous a permis de réaliser l’impact, l’efficacité, la pertinence des actions que nous avions menées en collaboration avec nos partenaires sénégalais.

Suivi sur la commune de Pikine

  • Achat de matériel pédagogique : Nous avions financé l’achat de cartables et fournitures scolaires pour 260 élèves, nombre défini suite à la réalisation d’un recensement des élèves de l’école associative La Cabane. Cette contribution a-t-elle été favorable ?
  • Achat de deux étagères : Nous avions financé l’achat de deux étagères pour y poser les trente kilos de livres (encyclopédies, Bescherelle, atlas et dictionnaires (français-wolof) apportés et offerts à la Cabane. Les étagères et les nombreux livres ont-ils été utiles aux cours dispensés par La Cabane ?
  • Réparation du toit de la salle de classe : Nous avions acheté des tôles et du bois afin de réaliser la réfection de la toiture de la salle de classe la Cabane. La salle de classe est-elle toujours correctement abritée aujourd’hui ?
  • Animation avec les enfants : Nous avions organisé diverses activités ludiques et pédagogiques, afin de développer chez les enfants leur créativité, leur imagination et une plus grande autonomie. Nous avions également participé à un échange entre les jeunes du club des 9-12 ans de Bannalec et les jeunes de l’école La Cabane de Pikine par le biais de 3 fresques. Ces projets sont-ils à renouveler ? Ont-ils permis de développer davantage l’animation à La Cabane ?
  • Financement de micro-crédits : Suite à une prise de contact avec le groupement de femmes de Guinaw Rail, nous avions financé des micro-crédits afin de les aider dans leurs activités professionnelles (commerce, artisanat). Cette aide financière a t-elle été utile ? Quelles activités ont été financées avec ces micro-crédits ? La somme investie leur suffit-elle pour éviter de rembourser des intérêts bancaires ?

Suivi sur la commune de M’Bodienne

  • Achat de matériel médical : Suite à une réunion avec le personnel médical (infirmière, animateur) afin de lister les besoins en terme d’aide médicale, nous avions décidé de mettre en place un budget pour l’achat de matériel médical pour le dispensaire de M’Bodienne. Cet achat ponctuel a-t-il permis le bon fonctionnement du dispensaire et durant combien de temps ?
  • Travaux à l’école de M’Bodienne : Nous avions financé l’achat de portes et fenêtres, pour deux salles de classe du CEM, qui avaient été posées par des artisans locaux. Comment ces travaux ont-il résisté à l’usure du temps ?
  • Financement à la réalisation d’un puits : Nous avions financé la réalisation d’un puits dans la cour du CEM (Collège Elémentaire de M’Bodienne) du village, afin de permettre l’amélioration de l’hygiène au sein de l’école. Auparavant, les élèves allaient puiser l’eau potable chez l’instituteur. Le puits est-il utilisé aujourd’hui ? Pourrions-nous apporter des améliorations à cette construction aujourd’hui ?

Mise en place du projet Wecco 2011

Nos partenaires sénégalais

Partenaires dans la commune de Pikine

  • La Cabane/l’ASC Dagoudane participe à l’animation sportive, culturelle et l’éducation auprès des enfants et des jeunes du quartier Tally Bou Bess. Nous travaillons ensemble depuis 2003 dans un esprit de collaboration et d’échanges.
  • Le groupement de femmes de Guinaw Rails réunit aujourd’hui près de 3000 femmes autour d’une même problématique : l’aide sociale et financière autour de leurs activités professionnelles.
  • Le Poste de Santé Municipal II de Pikine est une « antenne » du dispensaire Dominique de Pikine, mais l’établissement dispose de peu de moyens pour apporter des soins aux malades : personnel réduit, peu d’aide financière, …
  • La Mairie de Pikine Ouest est un partenaire important dans nos échanges avec la ville de Pikine. Le Maire nous reçoit à chacune de nos venues et suit avec attention les différents projets que nous menons sur sa commune.

Partenaires dans la commune de M’Bodienne

  • Le Collège Élémentaire de M’Bodienne regroupe 236 élèves âgés de 12 à 19 ans. Nous avons été reçus par le principal, Aboubacry Amadou Sy, qui anime une équipe pédagogique de 12 professeurs et travaille en collaboration étroite avec l’Association de Parents d’Élèves dont le président est Alioune Badara Diakhate. Il y a 6 classes 2 classes de 6ème soit 41 élèves, 2 classes de 5ème soit 34 élèves, 1 classe de 4ème soit 50 élèves, 1 classe de 3ème soit 36 élèves)

Partenaires dans la commune de Louga

  • L’association des Volontaires des Echanges Culturels de Louga, association de danse, théâtre et percussions.
  • L’école primaire Quartier Keur Serigne Bara : 282 élèves y sont scolarisés (108 garçons et 174 filles). Ils sont encadrés par 10 enseignants soit environ 50 élèves par classe. Nous avons été reçus par la nouvelle directrice, Mme Khady Gning Ndiaye accompagnée d’une représentante de la Mairie de Louga chargée des écoles, du président des parents d’élèves, des responsables du Comité de gestion de l’école et d’une partie de l’équipe pédagogique.
  • L’Association Sportive et Culturelle Yeggo créée en 1995 par les jeunes de Keur Serigne Bara MBacke du Quartier Santhiaba Sud de Louga. Ces domaines d’intervention sont le Sport (Football), la Culture (théâtre, danse, etc.), le développement, l’éducation et la santé.
  • Le Centre de Santé de Santhiaba Sud, créé dans les années 50, est situé dans un quartier populaire et polarise les quartiers Médina Garage, Keur Serigne Bara, Santhiaba Sud, Santhiaba Nord, Santhiaba Centre, et Médina Salam.
  • Le groupement de femmes de Keur Serigne Bara, groupement de 200 femmes, qui, comme le groupement de femme de Guinaw Rails, se réunit afin de partager finances et entraide au niveau de leurs travaux journaliers.

Actions menées sur place

Actions menées dans la commune de Pikine

Actions menées avec La Cabane et L’ASC Dagoudane

  • Réparation du toit de la salle de classe : C’’est l’un des premiers bilans que nous pouvons faire suite à notre voyage de 2007. En effet, 4 ans après, nous avons pu constater que la salle de classe n’avait pas résisté aux dommages du temps.

    Nous avons donc entrepris les travaux nécessaires : achat de bois de sections plus importantes pour la charpente, achat de tôles doublées à certains endroits et pose de papier goudronné le long des murs pour pallier aux infiltrations d’eau.

  • Nouveau tableau de la salle de classe : les deux petits tableaux, en très mauvais état, ont été remplacés par un grand tableau plus facile d’utilisation pour le maître qui doit gérer en classe des niveaux d’élèves très différents.

  • Achat de tables : Nous avons également pu constater le mauvais état des tables de la salle de classe sur lesquelles travaillaient les enfants de la Cabane. Nous avons donc financé la réparation de certaines d’entre-elles et l’achat de quatre tables neuves, ainsi qu’un bureau pour Jo, le professeur de la Cabane.

  • Achat de matériel pédagogique : Aujourd’hui, les enfants ne sont plus ceux qui étaient présents en 2007. Ces nouveaux venus ont eu besoin du soutien scolaire proposé par La Cabane. L’achat et la distribution de matériel scolaire avaient été un grand succès en 2007. Nous avons donc voulu renouveler l’opération et ainsi financer l’achat de cartables et de fournitures scolaires pour les 200 élèves de l’école associative « La Cabane ».

  • Animations avec les enfants

    Chants : À la fin du séjour, tous les enfants et membres de La Cabane connaissaient et fredonnaient « Pirouette cacahuète » !!! Ils nous ont également appris, en Wolof, de beaux chants sénégalais.

    Dessins : Les enfants ont réalisés de beaux dessins sur le thème du Sénégal. Pour les embellir encore davantage, ils ont réalisé des cadres de « pelures de crayons »collées, pour orner leurs chefsd’œuvre.

    Peinture au fil : Un fil que l’on trempe dans la peinture, que l’on pose ensuite sur une feuille que l’on plie en deux. Enfin, on tire sur le fil et on obtient un beau dessin abstrait !

    Fresque « faite main » : Plus de 200 enfants sont venus poser leur main sur cette fresque que nous avons réalisé devant la Cabane, afin de montrer aux habitants du quartier de Tally Bou Bess notre partenariat associatif.

    Fresque murale : Les dessins d’il y a 4 ans étant quelque peu défraîchis, une nouvelle fresque a été commencée sur le mur de la salle de classe. Elle doit être terminée par les membres et enfants de La Cabane.

  • Remise d’équipements sportifs à l’ASC Dagoudane : Nous avons effectué la remise d’équipements sportifs à l’ASC Dagoudane, association sportive et culturelle (maillots, chaussures, ballons, matelas).

    Précision concernant les matelas : En effet, au Sénégal, la veille d’un match de football, tous les joueurs se retrouvent chez l’un d’entre eux pour passer la soirée ensemble et entrer psychologiquement dans le match. Ils dorment ensuite sur place, (d’où l’utilité des matelas) et partent ainsi unis affronter l’équipe adverse.

  • Exposition « échanges de regards de jeunes » : le projet « échange de regard », initié à Cheb (République Tchèque) et réalisé également dans le Finistère (à Bannalec et Quimperlé), se résume ainsi : Demander aux enfants de photographier leur vie de tous les jours à l’aide d’appareils photo jetables.

    Cette étape avait été réalisée au Sénégal durant l’été 2010. Nous avons développé les photos et sélectionné de nombreux clichés relatant leur quotidien.

    Le temps est maintenant aux expositions de ces images : La Galerie 4 a exposé les photos des enfants des rues de République Tchèques et sur la commune de Bannalec, l’Espace Jeunes et notre association avions dévoilé, de manière individuelle, respectivement, celles des adolescents bannalecois et celles des jeunes sénégalais lors de la « quinzaine de la jeunesse » organisé par le Conseil Général du Finistère (projet Kaléidoscope). Cependant, les enfants de La Cabane n’avaient pas vu leurs œuvres !!! C’est pourquoi, nous souhaitions réaliser une exposition des clichés sélectionnés par chacun de nos partenaires (Cheb, Bannalec, Quimperlé, Pikine) et avec leurs accords.

    Nous avions donc apporté les photographies que nous avons mises en valeurs lors d’ateliers d’animations : ce sont les jeunes de La Cabane qui ont choisi de présenter ces photos sur des grands tissus colorés décorés de rubans. La préparation de cette exposition que nous voulions ouverte sur le quartier a été un temps fort d’échanges et de partage sur leurs choix de prises de vues avec les enfants et adolescents de la Cabane.

    Le vernissage de cette exposition s’est fait en présence des enfants, des parents et des élus du quartier de Tally Bou Bess qui se sont déplacés pour l’occasion pour montrer leur attachement à cette collaboration avec « La Cabane » qui se perpétue depuis 2003.

  • Remise de produits de beauté aux jeunes filles qui ont travaillé avec nous durant les projets sur Pikine.

  • Remise de T-shirt : nous avons offert à nos partenaires de Pikine, M’Bodienne et Louga le tee-shirt de l’association « Bannalec Sénégal Solidarité Jeunes » pour sceller un peu plus notre partenariat.

  • Remise d’un livre photo : Nous avons également offert un livre photo dévoilant quelques aspects de la ville de Bannalec. Ce livre a été réalisé par les enfants du centre de loisir de Bannalec et Anaïs, membre de l’association et animatrice.

  • Sortie à l’île de Gorée : Pendant trois siècles des millions de noirs de toute l’Afrique de l’Ouest ont quitté Gorée pour l’Amérique et les Antilles. Ils furent chassés, torturés et arrachés de leur sol natal pour être vendus comme de vulgaires marchandises lors du commerce triangulaire.

    Aujourd’hui, la Maison des esclaves, située sur cette île au large de Dakar, est devenue un endroit qui revêt pour beaucoup une grande portée symbolique et permet à chacun de se remémorer cette triste période par le biais de la visite des lieux et de son exposition.

    Notre partenaire La Cabane et notre association souhaitions nous retrouver sur cette île pour passer un moment d’histoire et de rapprochement tout comme nous l’avions accompli en 2007. Mais cette fois-ci, nous avions convenu que les enfants âgés de 12 ans nous accompagneraient pour qu’ils découvrent cette partie de leur histoire et partagent avec nous cette journée.

Actions menées avec le groupement de femmes de Guinaw Rails

  • Financement de micro-crédits : Lors de notre projet M’Bolo 2007, nous avions participé à la mise en place de micro-crédits afin que le groupement de femmes de Guinaw Rails puisse emprunter cet argent pour réaliser leurs travaux journaliers.

    Depuis 2007, nous avons eu plusieurs retours de la part de ce groupement de femmes : comptes détaillés et notes nous expliquant à quoi avaient servi les microcrédits en place.

    Mais les choses ont évolué depuis. En effet, sous l’impulsion du groupement de femmes de Guinaw Rails, un collectif de groupements s’est créé : le nombre de femmes a été multiplié par dix, soit aujourd’hui 3000 femmes travaillant et coordonnant leurs efforts et leurs connaissances pour subvenir aux besoins de leurs familles respectives, ceci en se basant toujours sur la somme que nous avions investie en 2007.

    De ce fait, la gestion est devenue plus importante et les représentantes de chacun des groupements du collectif ont jugé nécessaire d’avoir un appui : Babou, jeune banquier habitant le quartier est ainsi devenu bénévolement leur conseiller en gestion et leur coordinateur.

    Durant notre venue au Sénégal, nous avons désiré rencontrer certaines femmes du groupement pour qu’elles nous expliquent un peu plus en détails ce qu’elles réalisaient comme travaux : ravies, certaines d’entre elles nous ont donc accueillis chez elles, avec Babou, où elles réalisent des transformations de jus divers, des plats cuisinés, de la vente de céréales, des réalisations de tissus ou encore de l’élevage.

    Lors de la rédaction de notre projet Wecco 2011, nous avions évoqué la construction d’un bâtiment pour les femmes de Guinaw Rails qui leur permettrait de se retrouver, d’échanger, de se former, de faire leurs comptes, etc.… sur un terrain qu’elles avaient à leur disposition.

    Cette idée ne nous est pas sortie de l’esprit et nous savons qu’il tient à cœur à toutes ces femmes, mais, début juin, elles nous ont contactées pour nous informer que l’État bloquait toutes les constructions car il souhaitait édifier de nouvelles routes pour les concitoyens. Nous étions donc contraints de repousser ce projet à plus tard.

    C’est pourquoi, compte tenu du nombre important de femmes aujourd’hui au niveau du collectif et des retours réguliers que nous avons eu de leur part, nous avons souhaité participer davantage à l’aide par micro-crédits et avons donc investi à nouveau pour leurs projets professionnels indispensables à la vie de leur famille.

Actions menées au Poste de Santé Municipal II de Pikine

  • Achat de matériel médical : A chacun de nos voyages, nous avons pour ambition d’accomplir une action ponctuelle au niveau de la santé.

    C’est pourquoi, lors de ce séjour, nous avons rencontré Mme Niang Fatou Kiné Diouf, sage femme et responsable du Poste de Santé Municipal II de Pikine.

    Nous nous sommes très rapidement rendu compte des nombreux problèmes suite à la visite des lieux et lors de discussions avec le personnel médical : peu de personnel pour de nombreux malades, matériel vieillissant voire insalubre, pharmacie quasi vide, etc.

    Pour ces raisons, nous avons décidé d’attribuer un budget au poste de santé et c’est pourquoi, à notre demande, la responsable du centre de santé a listé les médicaments et matériels de première nécessité pour les patients. Nous les avons ensuite commandés et réceptionnés avec elle.

    Nous souhaitons pérenniser cette aide à l’avenir et allons tout faire pour que ce poste de santé reçoive davantage d’aides, qu’elles soient matérielles ou financières.

Rencontres

  • Rencontre avec le Maire de Pikine Ouest qui nous apporte son soutien dans nos projets sur sa commune depuis 2007

Actions menées dans la commune de M’Bodienne

  • Sécurisation du puits : La création du puits avait été accomplie en 2007 pour le Collège de M’Bodienne et les habitants aux alentours. Aujourd’hui, nous pouvons dire que ce projet est une réussite !

    Nos partenaires nous ont transmis qu’il était très utilisé et que la population ne s’en passerait plus ! Cependant, nous avons constaté, avec notre partenaire, que le puits était très dangereux. Il nous faut donc sécuriser au plus vite ce puits afin qu’il n’y ait aucun accident et finaliser enfin ce projet que nous pensions achevé.

  • Financement de la réalisation d’une adduction d’eau : Depuis 2007, nous souhaitions réaliser le financement de l’adduction d’eau du Collège de M’Bodienne. Jusqu’alors, nous ne possédions pas la totalité de la somme nécessaire pour ces travaux. Suite à nos quatre années de manifestations et demandes de subvention, nous avons enfin pu lancer ce projet avec notre partenaire.

    Cette adduction d’eau du collège va permettre à la population habitant autour de pouvoir accéder également à l’eau potable. Nos partenaires nous transmettront, de manières régulières, des photos de l’avancement des travaux. Nous ne manquerons pas de les diffuser sur le site.

  • Financement de l’électrification du Collège : Lors de notre discussion avec le principal du collège et le responsable des parents d’élèves du collège de M’Bodienne, nous leur avons demandé si un autre besoin leur était nécessaire dans un futur proche.

    Leur réponse fut immédiate : l’électrification du collège leur semble une nécessité pour les élèves suite à l’adduction d’eau et à la sécurisation du puits. Nous avons donc réalisé ensemble des devis et avons convenu que l’électrification du collège se fasse avant la fin de l’année.

    De la même manière que pour les autres projets, nos partenaires nous transmettront régulièrement des photos de l’avancement des travaux.

Actions menées dans la commune de Louga

Rencontre avec nos différents partenaires

Notre venue à Louga est liée à notre rencontre, fin 2007, avec Ibrahima Ndoye, dit Lébou.
En effet Lébou, en voyage en France lors d’un échange culturel à Concarneau, a entendu parler de notre association et a désiré nous rencontrer afin de découvrir ce que l’association Bannalec-Sénégal – Solidarité Jeunes réalisait en termes de projets dans son pays.

Enchanté par cette rencontre, il a souhaité que nous nous rencontrions à Louga où il nous présenterait de potentiels nouveaux partenaires.
Notre déplacement à Louga était donc, dans un premier temps, une rencontre afin de discuter et d’effectuer un état des lieux des besoins de chacun des établissements du quartier.

Lébou connaît bien les différents établissements qu’il nous a présentés puisqu’il est :
– Président des Artistes Comédiens du Théâtre Sénégalais de Louga
– Parent d’élève de l’école primaire Keur Serigne Bara
– Membre fondateur de l’Association Sportive et Culturelle Yeggo

Il est, en somme, un coordinateur entre tous les potentiels partenaires rencontrés et cités ci-dessous :

  • L’école primaire Keur Serigne Bara : Cette école a été créée en 2005 sous l’impulsion de parents d’élèves du quartier de Santhiaba Sud. Depuis elle s’est agrandie et la municipalité apporte un soutien considérable. Les besoins de cette école primaire se situent au niveau des fournitures scolaires et d’équipements informatiques. Ils souhaiteraient également des blouses (uniformes) pour palier aux inégalités entre élèves.

    De jeunes enseignants nous ont également fait savoir qu’ils manquent de documentation pédagogique pour préparer leurs cours.

    Autre besoin qu’ils ont énoncé : la construction d’une pièce d’environ 9m² afin de pouvoir loger le gardien (gardien lié à des problèmes de vols), d’une salle de réunion, de toilettes pour élèves et professeurs (il existe actuellement deux toilettes pour les 282 élèves et le personnel).

    D’autre part, les enfants auraient sollicité des corbeilles pour les déchets : cette idée nous a paru intéressante car au Sénégal le problème des déchets est crucial. Les enfants ont également demandé un terrain multifonctionnel et des maillots et ballons de foot.

    La directrice serait favorable à une correspondance avec l’école primaire publique de Bannalec. Nous allons donc discuter avec les enseignants bannalécois dans le but de mettre en place cet échange.

  • Le Centre de Santé de Santhiaba Sud : ils ont des problèmes d’approvisionnement de médicaments, manque encore de moustiquaires et après la visite de la maternité, nous avons pu constater le manque de lits (1 lit=env. 300 000cfa) et le mauvais état de ceux dont ils disposent. Nous avons donc décidé d’étudier des solutions de « groupage » pour pouvoir leur envoyer du matériel médical que nous pourrions récupérer en France auprès des hôpitaux de notre région.

    L’acheminement du matériel se ferait en collaboration avec le Conseil de quartier et la municipalité de Louga qui peut avoir une exonération des taxes pour sortir le container du port de Dakar.

    Besoin également de couvertures, de blouses, d’une couveuse pour prématurés (env. 800 000cfa sur place).

    Nous leur avons par contre dit d’emblée que nous étions une toute petite association et que nous n’aurions clairement pas les moyens de répondre aux autres besoins : 2ème sage femme, ambulance médicalisée…Par contre nous allons essayer de les mettre en relation avec d’éventuels autres interlocuteurs en France susceptibles de les aider.

  • Le groupement de femmes de Keur Serigne Bara :

    Ce groupement de 200 femmes se réunit chaque dimanche afin de discuter et de s’entraider autour de leurs travaux quotidiens. Nous avons écouté attentivement leurs attentes (Nouveaux matériels, frigo, marmites, bâtiment pour les femmes). Cependant, nous devons réfléchir au fait que nous sommes déjà très investis dans le groupement de femmes de Guinaw Rails depuis 2007.

  • L’association des Volontaires des Échanges Culturels de Louga : association de danse, théâtre et percussions, elle est le domaine de prédilection de Lébou, notre interlocuteur.

    Nous avons eu l’honneur d’assister à l’une de leur représentation. Nous avons été enchantés et n’excluons pas un/des éventuel(s) échange(s) culturel(s) avec cette troupe artistique de Louga.

  • L’Association Sportive et Culturelle Yeggo : Elle a été créée en 1995 par les jeunes de Keur Serigne Bara MBacke du Quartier Santhiaba Sud à Louga.

    Mahanta Tall, président de l’association, et les nombreux membres actifs nous ont reçus de manière très officielle et nous avons pu longuement discuter autour du sport, de la culture, du développement, de l’éducation et de la santé.

    Suite à cela, nous leur avons offert trois lots de maillots de football que nous avions apportés pour l’occasion.

    Ces rencontres et discussions ont été très enrichissantes dans tous les domaines : éducation, santé, social, culture, sport, etc. Nous avons rencontré des structures qui sont déjà très organisées et très différentes de ce que nous connaissions à Pikine.

Nous devons maintenant transmettre, à chacun de ces établissements, notre implication pour d’éventuels projets dans un futur proche. Nos décisions ne sont pas encore actées à l’heure ou ces lignes sont écrites mais nous ne manquerons pas de transmettre nos prises de décision par la suite sur notre site internet.

Bilan du projet Wecco 2011

Le bilan de ce voyage est très positif. Toutes les actions prévues ont été réalisées ou vont être réalisées dans un futur proche (adduction d’eau et électrification du collège). Reste la construction du bâtiment de la femme qui est toujours le projet de notre association et des femmes du Collectif de Guinaw Rail. Nous souhaitons qu’il voie le jour le plus rapidement possible et attendons donc le « feu vert » des administrations sénégalaises.

Ce voyage a été l’occasion pour la plupart des membres de l’association de rencontrer pour la première fois les partenaires sénégalais ainsi que les lieux sur lesquels avaient été effectuées les actions des précédents voyages. En effet, seuls trois des treize participants à ce voyage avaient déjà foulée la Terranga (appellation du Sénégal par ses habitants).

Cette rencontre a été bénéfique pour tous : Les nouveaux membres de Bannalec-Sénégal – Solidarité Jeunes ont pu voir la réalité sénégalaise par eux-mêmes et nos partenaires sénégalais ont pu échanger avec de nouveaux interlocuteurs.

Ce voyage a été très riche en rencontres, en découvertes et en collaborations. L’association a été très touchée par l’accueil sur place d’où encore plus de motivation pour de nouveaux projets.

Toutes nos actions ont été réalisées en collaboration avec nos partenaires ce qui a rendu l’échange plus enrichissant, avec à chaque fois un point de vue français et sénégalais.

A l’heure actuelle, l’association est en contact avec le collège de M’Bodienne au sujet de l’électrification et de l’adduction d’eau et doit décider si elle s’engage avec de nouveaux partenaires sur Louga.

Pour finir, ce voyage humanitaire de 2011 a été une réussite grâce à l’investissement des membres de l’association, aux partenaires sénégalais, français, aux subventions obtenues par le Conseil Général, la Mairie de Bannalec et toute la population bannalécoise et des alentours lors de leurs participations aux différentes manifestations.

En un mot : Merci !

Les commentaires sont fermés.