Actions menées en 2003

Actions menées à Bannalec

Avant notre voyage :

  • Concerts
  • Loto
  • Fest-Noz
  • Boum pour les 12 à 16 ans
  • Repas africain
  • Animation de Noël
  • Lavage de voitures
  • Tombola
  • Participation bénévole à l’organisation du tournoi de foot, course à pied
  • Vente de T-shirts lors de la kermesse des écoles
  • Collecte de matériel médical, scolaire, de vêtements

A notre retour :

  • Organisation d’un pot de remerciement pour tous nos partenaires français
  • Mise en place d’une exposition à la bibliothèque municipale de Bannalec avec comme support des photos et un film
  • Participation au forum des associations de Bannalec

Nos partenaires sénégalais

Dans ce projet, nous avons établis des liens avec trois partenaires, tous originaire de Pikine, commune populaire à 20 km de Dakar :

  • L’association sportive et culturelle Dagoudane : Elle participe à l’animation sportive et culturelle auprès des jeunes. Elle organise également un soutient scolaire auprès des élèves de primaire du fait du fonctionnement en flux des écoles publiques de Pikine. En effet, les enfants ne peuvent assister à l’enseignement prodigué par les écoles d’Etat qu’en demi-journée du fait du nombre important d’élèves. L’association permet aux enfants d’assister à des cours supplémentaires pour palier à cette insuffisance dans l’enseignement. Ces cours sont dispensés dans des locaux très précaires, dans le lieu nommé « La Cabane ».
  • L’école primaire publique Serigne Moussa Ka : Elle comprend quatorze classes de cent élèves en moyenne, ce qui explique le fonctionnement en flux (cinquante élèves le matin et les cinquante autres l’après midi)
  • Le dispensaire Dominique de Pikine : Etablissement comprenant un centre de soins et une maternité.

Actions menées au Sénégal

  • Acheminement d’un container de 33 m3 contenant du matériel médical, scolaire, des vêtements et chaussures, ainsi que des vélos (don du lycée professionnel Roz-Glas). Nous avons distribué et réparti ce matériel entre nos différents partenaires :
    • Dispensaire : médicaments, chaises roulantes, déambulateurs, béquilles, cannes, lunettes, matelas de rééducation.
    • Ecole publique Pikine 4 : Livres, cahiers, crayons, ordinateurs, cartables, vêtements, chaussures, vélos.
    • Association « La Cabane » : Livres, cahiers, crayons, ordinateurs, cartables, vêtements, chaussures, équipements sportifs.

  • Travaux d’entretien : Travaux d’entretien de l’école (nettoyage).
  • Réalisation d’une salle de classe avec un maçon sénégalais suite à la demande de l’association Dagoudane. Constatant que la salle de classe était un baraquement (seulement un toit sous lequel les enfants étaient assis à même le sol) et après échange avec les responsables de l’association, nous avons décidé de construire une pièce en dur.
  • Echanges sportifs et culturels : Participation à une rencontre amicale de football entre les Bannalecois et l’association Dagoudane.
  • Invitation à une soirée gastronomique et musicale lors de laquelle nous avons remis à l’association Dagoudane des équipements sportifs.

  • Invitation lors du premier match officiel de l’équipe de football avec ce nouvel équipement.
  • Sortie avec les enfants de La Cabane au lac rose.
  • Invitation à la radio communautaire des jeunes afin de présenter notre association .
  • Visite du dispensaire « Dominique » de Pikine : Après un entretien avec le médecin-chef, celui-ci s’est improvisé guide. Nous avons visité le laboratoire, la salle d’accouchement, vu les lits d’hospitalisation, la salle de prévention et d’éducation à la santé ainsi que la salle des soins externes. Nous avons alors réalisé la précarité des installations et des équipements.

Bilan de nos actions menées en 2003

Le bilan se révèle très positif, les objectifs majeurs ayant été atteints.
Cette expérience nous a permis de prendre conscience des réalités locales. Bien qu’ayant mené ce projet à terme, nous avons tout de même rencontré des difficultés :

  • Lenteur de l’administration sénégalaise (un mode de fonctionnement différent du mode européen pour mener les actions …)
  • Différence culturelle dans l’appréhension et la gestion des projets.
  • Difficulté dans le choix de l’interlocuteur local pour relayer le projet.

Ces obstacles nous ont permis de mûrir le projet et d’adapter nos actions au mode de fonctionnement local.

Les commentaires sont fermés.